L’Onceim est un orchestre composé de trente-cinq musicien·nes de haut niveau venant d’horizons musicaux variés – musique improvisée (Hubbub, Zoor, Watt), jazz (Orchestre national de jazz, Umlaut Big Band), free jazz (The Fish, Die Hochstapler, Peeping Tom), musique classique et contemporaine (Ircam, Orchestre national de France, Ensemble intercontemporain, Le Balcon, Hodos, Dedalus, 2E2M, Links), musique actuelle (Makhno, Cabaret Contemporain, Zombie Zombie-Lune d’argent), musique expérimentale. L’Onceim est également un collectif qui rassemble des formations à effectif réduit de l’orchestre, mais aussi les projets musicaux satellites de ses musiciens.

Lorsqu’il crée l’Onceim en 2011, Frédéric Blondy cherche à pousser l’exploration de la création sonore dans une dimension de recherche contemporaine. Avec l’Onceim, il est toujours question de créer, d’innover, de s’affranchir des limites parfois imposées par les instruments et l’écriture musicale classique. Le son est organique, une matière à modeler à plusieurs voix.

Ainsi, dans la précision individuelle et singulière apportée par chaque musicien·ne, tout le monde se retrouve au service du tout pour produire un résultat jamais connu à l’avance et nécessairement collectif.

Cette matière orchestrale inédite est bien au cœur de l’Onceim depuis plus de dix ans, avec comme fil conducteur l’expérimentation des possibles offerts par la création sonore et la recherche perpétuelle de ce qu’on peut faire de la musique aujourd’hui, inlassablement à la découverte de nouveaux territoires.

L’Onceim a joué entre autres au Studio Venezia de Xavier Veilhan à la Biennale de Venise, à la Philharmonie de Berlin, au Théâtre d’Orléans, au MAC VAL, à la Fondation Cartier, aux festivals MaerzMusic à Berlin, Wiener Festwochen à Vienne, Sacrum Profanum à Cracovie, Edition à Stockholm, Guess Who? à Utrecht, Moers Festival, Archipel à Genève, VinterJazz à Copenhague, Densités (Fresnes-en-Woëvre), Météo (Mulhouse).

Après une décennie de résidence artistique et curatoriale (les Rendez-vous contemporains, le CRAK festival) à l’église Saint-Merry (Paris), l’Onceim entame une nouvelle aventure depuis 2020 : désormais nomade, il multiplie les expérimentations avec d’autres lieux.