Parce que la transmission est inhérente au travail de recherche et de création, cette dimension est chère à l’Onceim. À travers différentes formes d’ateliers et d’échanges, l’idée est de présenter d’autres manières de faire de la musique, d’inciter les gens – étudiants en musique notamment – à développer leur singularité, leur créativité, au-delà du seul travail d’interprétation. Le partage et l’ouverture amenés par la transmission permettent à un nouveau public de vivre cette expérience musicale.

Une des volontés qui sous-tendent les différents dispositifs pédagogiques mis en place est l’apprentissage par « le faire » et ce de façon ludique. Par le biais d’ateliers spécifiques, adaptés en fonction des publics, l’idée est de permettre autant la découverte d’esthétiques musicales différentes que le développement d’un potentiel créatif ou l’expérimentation du collectif dans la création d’une œuvre commune. À cette fin, l’Onceim développe son offre d’action culturelle selon trois grands axes :

LES PRATIQUES AMATEURS ET PROFESSIONNELLES

Les actions sont pensées pour des musicien·nes amateur·rices ou professionnel·les, des élèves et/ ou des professeurs de conservatoire. L’objectif est d’aborder la création musicale contemporaine expérimentale par la pratique de l’improvisation et de développer la créativité individuelle à travers le jeu collectif.

Des ateliers d’initiation

L’Onceim propose des ateliers d’initiation à l’improvisation dans des structures culturelles de référence. Dernièrement, la Bibliothèque publique d’information, au Centre Pompidou, a accueilli un cycle consacré aux percussions et aux polyrythmies. L’occasion d’aborder des thématiques variées comme l’attention portée aux sons produits ou encore la possibilité de faire de la musique avec n’importe quel outil.

Des ateliers de pratique hebdomadaire

Initialement organisé à l’église Saint-Merry, et maintenant à la Cité internationale des arts, ce cycle annuel est ouvert à tout·e musicien·ne ou artiste sonore, professionnel·le ou amateur·rice. Axé principalement sur la pratique collective et l’expéri- mentation, ce rendez-vous est une invitation à venir jouer régulièrement avec d’autres et à s’interroger sur les enjeux de la création musicale et sonore contemporaine.

LES SCOLAIRES

L’accompagnement en composition

Le travail de transmission s’opère, également, en collaboration avec des classes de composition des conservatoires et des écoles de musique, pour former les gens à penser et composer la musique différemment. Les étudiant·es sont initié·es par des musicien·nes, compositeur·rices aux nouvelles techniques instrumentales, accompagné·es dans l’écriture de leur pièce et l’interprétation de la version finale. Ces dispositifs peuvent s’envisager en marge d’un événement, comme ce fut le cas lors du festival Moers en Allemagne avec le dispositif de la Moersterclass.

L’Onceim collabore régulièrement avec des établissements comme la Cité de la musique-Philharmonie de Paris ou le Pôle supérieur d’enseignements artistiques de Lille.

Sensibilisation par le plaisir

L’Onceim souhaite s’adresser au plus grand nombre et développe un panel d’ateliers à destination des scolaires – de l’école primaire au lycée. Des temps d’échanges créatifs et féconds qui s’adaptent suivant les âges et qui visent à la sensibilisation aux musiques improvisées dans ce qu’elles ont de plus large. Pensés comme des « laboratoires », ces moments sont des espaces d’expérimentation ouverts où différents médiums pourront être intégrés (l’image, le dessin, le texte ou la parole…). Nul besoin de connaissance musicale au préalable, seules comptent la curiosité et l’attention active afin de se familiariser à ces nouvelles sonorités et susciter, peut-être, le désir créatif.